TEST 15 JOURS

L’avenir de la santé à l’ère du métaverse

TRIBUNE - Experte en nouvelle technologie, Morgane Soulier est consultante en prospective et accompagne les entreprises du domaine de la santé dans l’évolution de leur secteur d’activité. Pour mind Health, elle analyse cette révolution annoncée qu’est le métaverse.

Par La rédaction. Publié le 07 décembre 2021 à 9h38 - Mis à jour le 07 décembre 2021 à 16h36
santé Metaverse

Le 28 octobre dernier, Marc Zuckerberg, patron de Facebook (renommé Meta à la même occasion) a annoncé son ambition de faire de son entreprise un acteur incontournable du métaverse. Décrit comme “le futur de l’internet”, le métaverse serait un ensemble de mondes virtuels dans lesquels nous pourrions nous façonner des avatars à notre goût, nous déplacer, nous habiller, danser, participer à un concert avec plusieurs millions de personnes, acquérir des œuvres d’art, interagir socialement et professionnellement, un monde indépendant économiquement dans lequel monde fictif & monde réel se confondraient, et qui nous permettrait de vivre des expériences riches émotionnellement et sensoriellement.

Si certains voient en l’avenir un univers sombre où nos interactions physiques seront limitées au profit d’un monde virtuel délétère, il est important de rappeler que les nouvelles technologiques pourraient aussi ouvrir la voie à de nouvelles possibilités en matière de santé et d’amélioration des parcours de soin; la réalité virtuelle ayant déjà prouvé ses bénéfices sur de nombreux patients. Meilleurs soins, prévention plus efficace, téléconsultation et télésurveillance améliorées, évolution des formations… Le métaverse de la santé pourrait être l’une des solutions permettant de relever plusieurs défis locaux et mondiaux via une profonde transformation des soins et des relations patients / professionnels de santé.

Des nouvelles méthodes de formation

Grâce à la Réalité Augmentée et à la Réalité Virtuelle, de nombreuses facultés de médecine (principalement hors de nos frontières…) forment déjà les chirurgiens de demain via des outils de simulation et de reproduction d’opérations chirurgicales qui ont vraiment eu lieu permettant aux étudiants d’explorer le corps humain, de s’entrainer, d’être “au contact” de vrais patients ou d’hologramme pour un apprentissage plus efficace que sur un corps déjà mort ou dans des livres de cours.

L’entreprise GigXR est une des entreprises qui développe des applications de santé en réalité mixte pour la formation clinique et l’éducation. Leurs dirigeants sont formels : “Nos simulations immersives permettent un apprentissage collaboratif en groupe et de meilleurs résultats pour les apprenants et les patients.” Autre bénéfice : ces nouveaux outils pourraient permettre aux étudiants des zones à faibles revenus d’accéder aux ressources des meilleures institutions du monde, par le biais d’expériences virtuelles immersives.

Un assistant précis & fiable des opérations chirurgicales complexes

En juin dernier, un chirurgien de l’hôpital John Hopkins à Baltimore, dans le Maryland aux États-Unis, a réalisé la première chirurgie de la colonne vertébrale guidée par un casque de réalité augmentée, développé par l’entreprise Augmedics. Ces nouveaux outils sont assimilables à des microscopes en réalité augmentée qui superposent des informations essentielles et un visuel détaillé de la partie du corps spécifique qui est en train d’être opérée, comme un GPS qui donnerait des indications précises aux praticiens, ou des projections sur la peau qui montreraient précisément où se trouvent les veines et les valves dans le corps d’un patient. Ces technologies rendront alors les procédures médicales plus rapides et plus fiables.

Des téléconsultations qui immergent le patient dans un cadre médical

Si la COVID et ses multiples confinements ont permis une accélération de l’adoption des téléconsultations, patients & professionnels de santé s’accordent pour voir en ses limites un manque d’intimité ou de cadre médical susceptible de dégrader la confiance que pourrait avoir le patient en son équipe thérapeutique. Grâce au métaverse, la distance entre les patients et leurs équipes médicales pourrait être réduite. Tout comme on imagine l’évolution des réunions d’équipe, on peut facilement imaginer que les nouvelles technologies permettront au patient d’être immergé sans bouger de chez lui dans le cabinet de son médecin, et ce en 3D.

Les communautés virtuelles de patients pourraient aussi en bénéficier et nous pourrions assister à l’émergence d’espaces virtuels spécifiques à des maladies chroniques ou permettre des réunions de groupe facilitées (par exemple dans le cadre de thérapies de groupe) même si les patients sont séparés géographiquement. Ainsi, des patients victimes des déserts médicaux pourraient accéder à des soins de meilleure qualité.

De nouveaux outils pour les soins de santé mentale

De plus en plus de médecins recourent à des jeux de Réalité Virtuelle pour traiter des affections telles que la dépression, les syndromes post-traumatique, les phobies ou encore les troubles de déficit de l’attention avec hyperactivité. Concernant la phobie sociale, une étude de l’Université d’Oxford a montré que les patients qui ont bénéficié d’un traitement faisant appel à la Réalité Virtuelle ont connu une diminution de 38 % de leurs symptômes.

L’entreprise française HypnoVR se positionne également sur ce créneau via son dispositif médical associant l’hypnose à la réalité virtuelle. Conçu par deux médecins anesthésistes hypno-praticiens, l’outil a démontré son efficacité dans le traitement de la douleur et de l’anxiété grâce à 13 études cliniques qui ont mis en lumière une diminution de la durée des séjours post opératoire (divisée par 3,57) et une baisse de 45% de la consommation de substances morphiniques.

Hypno VR metaverse

Ces outils permettent également de se calmer plus facilement via des protocoles de méditation permettant de s’immerger dans des lieux apaisants.

Ces cas d’usage ne sont pas exhaustifs, et il est évident que nombreuses innovations viendront améliorer encore et encore la qualité des soins donnés aux patients et la capacité des professionnels de santé à améliorer leurs pratiques… Ce qui soulèvera évidemment des questions essentielles d’éthique et de protection des données auxquelles il faudra savoir répondre pour s’assurer de l’adoption de ces nouveaux outils.

Morgane Soulier, fondatrice de Feeleat

Morgane Soulier est la fondatrice de feeleat, un dispositif de santé connectée destiné à l’amélioration des soins de ceux qui souffrent de troubles du comportement alimentaire.

Experte en nouvelle technologie, elle est également consultante en prospective et accompagne les entreprises du domaine de la santé dans l’évolution de leur secteur d’activité au regard de cette révolution qu’est le métaverse.

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretien

Laurent Frigara (Enovacom): “Il y a un sujet d’éthique autour du consentement patient et de la réutilisation de la donnée”

Therapixel reçoit l’autorisation de la FDA pour la version 3D de son outil d’aide au diagnostic

L’AP-HM collabore avec la start-up Poietis pour l'impression 3D de tissus humains

Sanofi investit 180 M$ dans le capital d’Owkin, qui devient une licorne

Dossier

Les laboratoires pharmaceutiques ont largement augmenté leur influence sur LinkedIn pendant la pandémie