TEST 15 JOURS

Comment Wefight s’appuie sur les industriels et les associations de patients pour ses chatbots

Créée en 2017, Wefight développe des chatbots pour accompagner les patients atteints de cancer ou de maladies chroniques. La société s'appuie sur les associations de patients et les laboratoires pharmaceutiques pour proposer ces outils en libre accès aux patients. Elle décline ses chatbots nommés Vik pour différentes pathologies et s'attaque depuis 2020 à l'international. mind Health fait le point sur le développement de Wefight et ses perspectives.

Par Aurélie Dureuil. Publié le 07 décembre 2020 à 11h02 - Mis à jour le 05 janvier 2021 à 18h47

La genèse

“Donner le pouvoir au patient sur sa maladie, lui donner les clés pour qu’il sache gérer sa maladie et quoi faire face à une problématique”, telle est l’ambition de Benoît Brouard, CEO et cofondateur de Wefight. Son intérêt pour les sujets autour de l’éducation thérapeutique combiné à sa volonté d’entreprendre l’a amené à réfléchir à une solution pour l’information des patients, “pour leur fournir un accès très facile à de l’information vulgarisée”, détaille le dirigeant. Il s’intéresse alors à la technologie des chatbots. Après la création d’une version POC (Proof of concept) début 2017, la rencontre de Benoît Brouard, avec une expérience du secteur de la santé, avec Pierre Nectoux, CTO et cofondateur de Wefight, au profil plus technique a permis la création de la société en février 2017. Wefight développe des chatbots Vik pour répondre aux questions des patients. Benoît Brouard révèle l’origine du nom du chatbot : “Nous voulions un nom asexué, qui ne fasse pas référence à un humain ou un animal et qui soit compréhensible en anglais. Vik fait référence à victoires ou victories”.

Les fondateurs, les dirigeants et les effectifs

Après des études de pharmacie, Benoît Brouard a exercé à l’Assistance publique – hôpitaux de Paris (AP-HP) pendant quatre ans (2010 à 2014). En 2012, il crée Appphone autour du développement d’applications mobiles en santé. “J’ai toujours été passionné par le numérique et son impact sur la santé. Ma thèse de pharmacie portait sur : comment le numérique peut impacter les patients atteints de maladies chroniques et les patients atteints de cancer”,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Mettre en place un chatbot en sept points

Nabila Gadiri-Bernard (AstraZeneca) : "Nous avons lancé cette année des projets clés, transverses à toute l’équipe et à toute l’entreprise"

Novartis installera son 2e Biome en France

Wefight boucle un premier tour de table à 1,8 M€

WeFight intègre le réseau Clinerion pour proposer des informations sur les essais cliniques

Alexis Génin (Institut du cerveau) : “Nous inaugurerons notre troisième site d’incubation en novembre”

Sur les 15 start-up retenues par EIT Health pour se développer en Europe, 8 françaises dont 4 sur la e-santé

235 industriels signent la charte ministérielle "Engagé pour la e-santé"