TEST 15 JOURS

Au coeur de l’entrepôt de données de santé de l’AP-HP

Autorisé par la CNIL en janvier 2017, l’entrepôt de données de santé de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) contient aujourd’hui les données de 11,4 millions de patients, occupant 170 téraoctets d’espace disque et une cinquantaine de personnes. mind Health restitue, en deux épisodes, les informations compilées sur cette plateforme big data. Cette semaine, un portrait détaillé de l’entrepôt : les données qu’il contient, la technologie utilisée, les outils développés et mis à disposition, l’organisation de son comité scientifique et éthique et les projets de recherche en cours.

Par Anne-Laure Mercier. Publié le 19 octobre 2020 à 15h44 - Mis à jour le 08 janvier 2021 à 17h06

“L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), c’est 39 hôpitaux, 8,3 millions de prises en charge, 118 pôles, 700 services, le premier employeur d’Île-de-France avec près de 100 000 professionnels de santé ainsi qu’un centre d’enseignement. Tous ces soins prodigués au quotidien sont traduits en données numériques et, arriver à les structurer et les exploiter,” c’est gagner une “richesse inestimable” et “un potentiel de recherche”, relatait Jérôme Marchand-Arvier, alors directeur général adjoint de l’AP-HP, lors du HDI (Healthcare Data Institute) day du 14 novembre 2019. D’où l’idée d’un entrepôt de données de santé, ou EDS dans le jargon. “Le point zéro, c’était d’avoir un dossier patient unifié, en l’occurrence Orbis”, le dossier patient informatisé unique pour l’ensemble de l’AP-HP dont le déploiement devrait aboutir en 2022-2023, indiquait à mind Health Laurent Treluyer, directeur des systèmes d’information du groupe, en octobre 2018. Un outil censé intégrer “dès le départ deux éléments” : répondre à “des objectifs variés”, que sont le soin, la performance, l’appui de la recherche clinique en réseaux, l’accompagnement de la transformation numérique, la facilitation du pilotage hospitalier par la valeur et le développement de la recherche sur données, et agréger “l’ensemble des données qui passent par l’hôpital, administratives mais pas seulement, et qui pourront faire la richesse de l’entrepôt de demain”. 

Nicolas Paris, data ingénieur, et Stéphane Bréant, chef de projet Informatique et traitement de l’information à des fins de recherche, “sont à l’origine du projet, qui a commencé à germer en 2013 et a démarré véritablement en 2014, avec cinq personnes”, a précisé le Dr Christel Daniel,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires
Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Laurent Treluyer (AP-HP) : “Nous sommes en train de transformer notre DSI pour en faire un centre de services”

Trois acteurs privés parmi les porteurs de projets sélectionnés par le Health Data Hub et le Grand défi

Signature d'un accord-cadre entre l'AP-HP et Bayer sur la recherche clinique et l'IA

Au coeur de l’entrepôt de données de santé de l’AP-HP

Comment accéder à l’entrepôt de données de santé de l’AP-HP