TEST 15 JOURS

Laurence Comte-Arassus (GE Healthcare) “Notre plateforme est une solution d’homogénéisation de l’écosystème”

GE Healthcare, ancienne filiale de General Electric qui s’est séparé de sa branche santé en 2018, est l’un des leaders mondiaux de la fabrication d’équipements d’imagerie médicale. Laurence Comte-Arassus, directrice générale pour la France, la Belgique, le Luxembourg et l’Afrique francophone, et Aymeric Oliva, directeur général digital France et Benelux, reviennent pour mind Health sur la stratégie du groupe, qui s’appuie notamment sur la plateforme de santé numérique Edison.

Par Camille Boivigny. Publié le 10 mai 2022 à 23h42 - Mis à jour le 11 mai 2022 à 14h42
Laurence Comte-Arassus

Depuis votre prise de fonction, quelle est votre stratégie en santé numérique ?

Laurence Comte-Arassus : J’ai pris mes fonctions il y a plus d’un an. Concernant la plateforme Edison et l’utilisation de l’IA en imagerie médicale, GE réalise plus de 16 000 examens par jour à travers le monde. Globalement, environ 50 péta-octets de données de santé sont générées par an en France. Ce chiffre sera multiplié par 50 d’ici 2030. Le pourcentage à garder en tête est celui de la provenance de ces données : 90 % proviennent de l’imagerie. La place de l’imagerie sera croissante dans le parcours de soins, en particulier en cancérologie. C’est pourquoi j’insiste souvent sur les partenariats : nous sommes dans un domaine où la coopération entre les radiologues et les oncologues doit être plus étroite. L’imagerie est génératrice d’énormément de données, très sous-exploitées, alors qu’en les exploitant et les structurant, elles permettent d’accélérer la médecine de précision, de passer du curatif au préventif.

Quelle est la place de l’IA dans votre stratégie ?

LCA : C’est l’autre élément important. Elle permet de structurer et collecter de multiples données permettant des progrès autant cliniques en analyse d’images qu’en termes d’efficience concernant la gestion de l’hôpital.

Comment utilisez-vous ces données ?

LCA : Nous sommes souvent vus comme une société qui vend de l’équipement, or ce dernier n’a d’intérêt stratégique que si nous parvenons à utiliser les données qui en sortent. En hépatologie par exemple, l’imagerie permet de connaître la taille de l’organe et/ou de sa tumeur, élément diagnostic indispensable.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Les initiatives françaises pour améliorer l’interopérabilité des données de santé

Le réseau EHDEN, parfait exemple d’utilisation du modèle commun de données OMOP

Pourquoi un modèle commun européen de la donnée de santé ?

Entretien

Frédérique Debroucker (Medtronic) : “Il faut tendre vers une approche transverse de rémunération à la qualité”

Entretien

Markus Kalliola : “L’approche fédérée est beaucoup plus flexible”

Agence du Numérique en santé (ANS)

Interopérabilité : l'ANS dresse un premier bilan à 2 ans lors de son 4e projectathon