TEST 15 JOURS

Essais cliniques : améliorer le recrutement des patients avec les outils numériques

Alors que le recrutement peut se compter en année, les promoteurs d’études cliniques travaillent aujourd’hui pour réduire ses délais grâce aux outils numériques. Sites internet et applications mobiles pour sensibiliser et rassurer les patients sur la recherche clinique, bases de données pour identifier plus vite et mieux les patients, gestion du consentement sont quelques-unes des pistes qui commencent à être déployées. mind Health fait le point sur ces différentes possibilités.

Par Aurélie Dureuil. Publié le 12 mars 2019 à 10h28 - Mis à jour le 12 mars 2019 à 10h28

Estimé entre 1 et 3 milliards de dollars selon les études, le coût de R&D pour la mise sur le marché d’un médicament comporte de nombreux éléments, dont la mise en place des différentes phases d’essais cliniques. Et pour ces étapes, les patients restent encore au coeur du processus. Leur recrutement s’avère alors un point clé. L’étude du Leem (Les Entreprises du médicament) sur l’attractivité de la France pour la recherche clinique internationale, présentée début 2017, faisait état d’une “vitesse moyenne de recrutement par étude” de “2,6 patients par centre et par mois en 2016, loin devant le Royaume-Uni (0,9), l’Espagne (1,5), l’Europe de l’est (1,5), l’Allemagne (1,4), l’Italie (1,4) et les États-Unis (0,8)”. La France se place cependant derrière l’Amérique latine (2,9) et l’Asie (2,8). Et en fonction de la phase d’essais cliniques et du nombre de patients nécessaires pour le mener mais aussi de la pathologie concernée et des critères d’inclusion, le recrutement peut être plus ou moins rapide. “C’est très variable. Le recrutement va de quelques semaines à plus d’un an”, confie Noa Berkovich, chef du pôle Systèmes cliniques au sein du département Opérations cliniques à la direction R&D des laboratoires Servier. Son équipe “gère les systèmes classiquement utilisés pour la collecte et le suivi des essais cliniques ainsi que le pan innovation pour l’étude des futurs outils digitaux qui pourraient aider les essais cliniques de demain”, précise-t-elle. Arnaud Fouchard manager secteur public et santé chez EY renchérit : “Trouver le bon patient qui va dire oui à un essai clinique est un enjeu qui se développe de plus en plus”.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires
Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés
En pièces jointes

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

La FDA veut développer des essais cliniques "décentralisés" grâce aux outils digitaux

Essais cliniques : Partenariat autour d'une plateforme d'identification des patients