TEST 15 JOURS

Comment les laboratoires pharmaceutiques utilisent les applications mobiles pour se rapprocher des patients et des professionnels de santé

Les smartphones et leurs applications mobiles sont devenues un élément essentiel dans la stratégie des laboratoires pharmaceutiques pour accompagner les patients, communiquer auprès des professionnels de santé et de leurs salariés, sensibiliser le grand public... mind Health a mis à jour sa base de données recensant plus de 230 applications mobiles proposées par près de 25 acteurs et en a étudié le public ciblé, la finalité, le nombre d’installations, etc.

Par Aymeric Marolleau. Publié le 08 septembre 2020 à 17h20 - Mis à jour le 20 janvier 2021 à 10h59

236, c’est le nombre d’applications mobiles publiées sur Google Play, le store du système d’exploitation Android, et destinées au marché français et international (voir méthodologie), par 24 laboratoires pharmaceutiques (une vingtaine de laboratoires pharmaceutiques parmi le top 25 mondial ainsi que quelques entreprises françaises hors classement). Ce qui fait une dizaine d’applications créées en moyenne par chacun. Pour mieux en comprendre l’importance de ces outils dans leurs stratégies numériques – accompagner les patients, communiquer auprès des professionnels de santé et de leurs salariés, sensibiliser le grand public, ou encore faciliter les essais cliniques -, mind Health a recensé, pour la deuxième année, les applications mobiles publiées en juillet 2020 (consultez ici la liste de tous ces services).

Nos chiffres montrent notamment que les laboratoires ont des rapports très différents à ces services. Certains se reposent beaucoup sur eux, à l’instar de Roche, Novartis ou Servier (voir graphique). 

Les 20 applications de Novartis à la loupe

Le laboratoire Novartis, qui a réalisé 49,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2019, est l’un de ceux qui proposent le plus d’applications mobiles. Nous avons inclus dans notre analyse les 12 décrites en anglais et les huit en français (voir méthodologie). “Nous sommes conscients que la mobilité est un enjeu clé dans la manière de faire notre métier, et des changements d’usage à l’oeuvre. Ces applications visent à améliorer la vie de nos collaborateurs, de nos patients et des professionnels, explique à mind Health Gaëlle Recoursé Richard, directrice de la transformation digitale de Novartis France. Lorsque nous souhaitons transmettre une information très générale sur un environnement pathologique – jamais sur nos produits – nous créons des sites web ; lorsqu’il s’agit de fournir un service très précis, une application est parfois préférable.” Ainsi, dans le domaine de l’ophtalmologie, à côté du site web grand public dmlainfo.fr Novartis a développé la suite d’application ViaOpta,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind