TEST 15 JOURS

Comment les industriels dimensionnent leur stratégie d’open innovation

Incubateurs, accélérateurs de start-up, lab d’innovation, programmes d’accompagnement… les dispositifs pour collaborer avec les jeunes sociétés innovantes se développent dans de nombreux secteurs. La santé et plus particulièrement le numérique dans la santé n’échappe pas à cette tendance. Alors que les dispositifs portés par des acteurs publics ou les consortium public/privés se multiplient, les industriels créent également des dispositifs en propre. AstraZeneca, Boehringer Ingelheim, Orange Healthcare, Pfizer, Roche Pharma et Sanofi détaillent pour mind Health les stratégies adoptées.

Par Aurélie Dureuil. Publié le 15 juillet 2019 à 18h22 - Mis à jour le 15 juillet 2019 à 18h22

Développer une offre en interne, poser les premiers jalons de futures collaborations, dimensionner son offre destinée aux start-up, acculturer les équipes en interne au digital et à l’agilité de ces jeunes entreprises ou encore participer à l’écosystème de l’innovation sur le numérique en santé, les objectifs affichés sont divers. Laboratoires pharmaceutiques et fournisseurs de technologies optent pour différents modèles pour accompagner leur stratégie d’innovation et les initiatives se multiplient ces dernières années.

En 2016, Ipsen a lancé son Net Patient Accelerator. Remplacé depuis par Spinleap, structure pour s’ouvrir à la “disruption” de la santé. En 2017, la filiale française d’AstraZeneca a débuté son programme d’accompagnement de neuf start-up, nommé ReAliZe. Fin 2017, de son côté Sanofi France a inauguré son lab d’innovation 39Bis, rejoint par d’autres depuis début 2019. La tendance s’est poursuivie en 2018 et ses derniers mois, avec notamment la mise en place du Pfizer Healthcare Hub France entre fin 2018 et début 2019, l’accélérateur de Boehringer Ingelheim à Lyon ou encore le programme start-up d’Orange Healthcare et  Matrice de Roche qui vient de présenter ses premiers résultats

Et d’autres préparent l’installation de structures. À l’exemple de Novartis qui implantera son 2e Biome en France ou Servier qui prévoit un espace pour un incubateur de start-up au sein de son futur institut de recherche.

Chacun affiche ses objectifs ainsi que la forme adoptée. Des choix qui impliquent une façon de travailler avec les partenaires et start-up différente.

Des durées et des nombres de sociétés différents

En fonction des formats adoptés et des objectifs attendus,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Quatre start-up sélectionnées par Pfizer pour son Healthcare hub français

Confidentiels

L'ICM agrandit son incubateur

Olivia Bussod (Pfizer) : "Nous regarderons si le Healthcare Hub peut donner lieu à des partenariats"

Pour son Pfizer Healthcare Hub en France, le laboratoire choisit l'ICM et Station F

Quatre piliers pour la stratégie digitale de Sanofi

Neurologie : Un DM israélien contre la migraine obtient le marquage CE

Boehringer Ingelheim sélectionne sa deuxième promotion de start-up

Boehringer Ingelheim se dote d'un accélérateur autour de la santé digitale en France