TEST 15 JOURS

Pourquoi OVH n’a pas été choisi pour héberger le Health Data Hub

Près d’un an après la signature du contrat d’hébergement du Health Data Hub avec Microsoft, mind Health a pu accéder à l’étude comparative des fournisseurs cloud qui aura mené à cette décision, mais aussi aux études de réversibilité que la plateforme mène depuis 2019. 

Par Anne-Laure Mercier. Publié le 22 février 2021 à 18h30 - Mis à jour le 25 février 2021 à 10h51

Entre les mois de juillet et octobre 2020, une série de décisions remettait en cause l’hébergement du Health Data Hub chez Microsoft. À ce stade, le Conseil d’État a enjoint la plateforme à trouver une solution “pérenne” pour éviter tout risque de transfert de données aux États-Unis et, d’ici là, “à prendre des précautions particulières”. En attendant, mind Health a pu consulter l’analyse comparative des solutions d’hébergement terminée en février 2019, qui a mené au choix de Microsoft avec qui le Health Data Hub a signé en avril 2020, mais aussi la première étude de réversibilité conduite en novembre 2019 par le Health Data Hub, ainsi qu’une actualisation de cette étude réalisée en juin 2020 en collaboration avec la direction interministérielle du numérique (Dinum). La notion de réversibilité recouvre la possibilité de récupérer les données et leur exploitation pour l’internaliser ou la confier à un autre prestataire. Pour mémoire, la convention constitutive du Health data hub a été signée le 6 novembre 2019.

Les documents indiquent que Microsoft Azure avait été comparée aux solutions d’hébergements de dix autres prestataires – OVH, Santéos, AWS (Amazon Web Services),…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind