TEST 15 JOURS

Nouvelle Aquitaine : Krypton, le projet d’e-service autour de l’imagerie médicale, “avance par briques”

L’agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine annonçait en 2016 qu’elle comptait déployer deux nouveaux services dans le cadre de sa politique régionale d’e-santé : le partage sécurisé de données d’imagerie médicale et un serveur garantissant l’identité du patient. C’est le projet Krypton. Trois ans plus tard, mind Health a rencontré les acteurs du projet pour avoir un retour de sa mise en œuvre.

Par . Publié le 03 février 2019 à 21h33 - Mis à jour le 03 février 2019 à 21h33

Derrière la référence à la vision laser de Superman, le projet Krypton en Nouvelle Aquitaine s’intègre dans le socle d’e-services que les autorités régionales de santé (ARS) développent pour moderniser le système de santé. Cela fait 3 ans que le Grades (Groupement Régional d’appui au développement de la e-santé) GIP ESEA Nouvelle-Aquitaine travaille dessus. Le cœur du programme est un système d’échange et de partage des données d’imagerie médicale entre professionnels de santé de la région. Or, la Nouvelle-Aquitaine représente 5,9 millions de personnes, 664 établissements de santé potentiels, 18 000 médecins généralistes et spécialistes confondus, et autour de 7 537 masseurs kinésithérapeutes. Plus précisément sur l’imagerie, l’ARS recensait au 1er janvier 2015, 149 médecins “radiodiagnostic” publics et 584 libéraux et 2 791 manipulateurs en électroradiologie médicale.

Face à ce défi de grande ampleur, le GIP a fait appel à la société Carestream – qui a déjà déployé ce type de plateformes auprès d’autres régions comme les Midi-Pyrénées ou le Centre- Val de Loire.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires
Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind