TEST 15 JOURS

Gérard Raymond (France Assos Santé) : “Nous sommes devenus des acteurs de la transformation numérique”

Celui qui représente en France "la voix des usagers" présidera le 30 septembre prochain le Salon de l’Innovation en santé, City Healthcare. Également vice-président du Health Data Hub, Gérard Raymond propose une vision de la transformation numérique plus centrée sur les utilisateurs que sur les seuls producteurs d’innovations. 

Par Romain Bonfillon. Publié le 21 septembre 2021 à 15h52 - Mis à jour le 21 septembre 2021 à 17h00

Vous participerez le 30 septembre prochain au Congrès City Healthcare pour une conférence baptisée “Pour des citoyens maîtres de leur donnée”. En quoi votre présence est-elle un symbole ?

Pour la première fois, d’une manière concrète et plus seulement symbolique, les usagers de la santé et ceux qui les représentent participent à la stratégie nationale du numérique en santé. Longtemps, on nous a toujours demandé de nous taire et surtout d’être “observants” et “confiants” par principe. Aujourd’hui, nous sommes de vrais acteurs. L’échec du DMP et tous les errements du début des années 2000 ont sans doute servi de leçon. Une réforme profonde du système de santé ne peut pas être portée que par les seuls professionnels de santé. L’évolution du nom de la future plateforme d’Etat “Espace numérique de Santé” vers “Mon Espace Santé” est à ce titre significative. Elle vise une meilleure appropriation de l’outil par ses usagers. Ma présence lors de ce salon, en tant que président de France Assos Santé, est une façon de normaliser la participation citoyenne à la grande réforme du numérique en santé. 

Télémédecine, e-parcours, objets connectés… Beaucoup des thèmes qui seront développés lors du congrès City Healthcare montrent que l’expression “virage numérique” a pris une dimension très concrète. Quelles ont été les conditions de ce succès ?

Depuis que nous avons mis en place une vraie stratégie nationale, avec une vision de ce que doit être le numérique en santé et son organisation, les choses avancent enfin. Cette stratégie englobe l’ensemble des acteurs. Elle est ouverte aux industriels et à tout le secteur privé, à condition de respecter des règles strictes édictées par l’Etat. L’un des critères majeurs sur lequel nous avons beaucoup avancé est l’interopérabilité des systèmes.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

CALIPSO : un projet de recherche public-privé de 17,5 M€ pour développer de nouveaux outils de bioproduction en santé

Health Data Hub : 7 nouveaux Data Challenges en santé prévus pour 2022

Création de l’association “Filière Intelligence Artificielle et Cancer”

Données de santé : comparer sa gouvernance à l’échelle internationale

Health Data Hub : lancement de l’AMI pour la Bibliothèque Ouverte d’Algorithmes en Santé

Health Data Hub

Le Health Data Hub s’engage auprès de dix nouveaux partenaires

Entretien

Stéphanie Combes (Health Data Hub) : "Nous devrions pouvoir mettre en place les premières bases en septembre-octobre"