TEST 15 JOURS

David Sainati (SASN) : “Les dispositifs médicaux numériques sont la principale cible de la Stratégie d’accélération”

La Stratégie d’Accélération Santé Numérique (SASN) fêtait à Lyon, ce lundi 21 novembre, son premier anniversaire. L’occasion de faire avec David Sainati, son coordinateur, un premier bilan de ce programme interministériel dédié à l’innovation et visant à faire de la France un leader en santé numérique. Formation, recherche, marquage CE, évaluation clinique, expérimentation et déploiement à grande échelle : c’est sur ces caps structurants que la SASN oriente ses actions et vient de faire un nombre important d’annonces. Notamment une enveloppe supplémentaire de 48,4 M€, dédiée à la formation des professionnels au numérique en santé.

Par Romain Bonfillon. Publié le 21 novembre 2022 à 17h22 - Mis à jour le 21 novembre 2022 à 18h50

Lancée le 18 octobre 2021 dans le cadre du plan France 2030, la Stratégie d’Accélération Santé numérique (SASN) a vocation à “favoriser l’émergence en France de solutions innovantes de santé numérique”. Ce programme, piloté par la Délégation interministérielle au Numérique en Santé (DNS), est doté d’une enveloppe de 670 M€ sur 5 ans. Après un an d’existence, la SASN a présenté le 21 novembre ses premiers résultats et annoncé le lancement de nombreux projets. 

Enfin une formation initiale au numérique en santé

Le 10 novembre dernier est paru au Journal Officiel un arrêté détaillant les contours de la formation au numérique que recevront obligatoirement les étudiants en santé à partir de la rentrée 2024. Ce socle commun, de 28h environ, concerne 12 cursus professionnels. “Rien jusqu’à maintenant n’était inscrit dans les programmes. Il y avait simplement quelques formations isolées et non coordonnées, en fonction de l’appétence de l’enseignant”, fait remarquer David Sainati, coordinateur interministériel de la SASN. 

Cette dernière a, au-delà de ses fonctions réglementaires, un rôle de financeur et veut permettre aux établissements de réaliser ces formations. “Pour cela, explique David Sainati, nous avons lancé en janvier dernier l’appel à manifestation d’intérêt “compétence et métiers d’avenir” (AMI CMA)”. Au total, pour les vagues 1 et 2,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind