Financement et politiques publiques  >  Dossiers  >  Hébergement des données de santé : que révèle l’analyse des entreprises certifiées ?

Hébergement des données de santé : que révèle l’analyse des entreprises certifiées ?



Depuis 2018, les sociétés chargées de stocker des données de santé doivent obtenir une certification, délivrée au terme d’un audit. mind Health a analysé la liste de la centaine d’entreprises qui l’ont obtenue : activités couvertes, positionnement, nationalité...

 

OVHcloud, créé en 1999 par Octave Klaba, a commencé à héberger les sites d’acteurs de la santé au début des années 2000. “À l’époque, ces sites ne contenaient pas de données sensibles et l’État imposait peu de contraintes à leur hébergement”, se souvient Emmanuel Meyrieux, responsable conformité au sein du pôle qualité chez OVHcloud. Dès 2002, la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, ou “loi Kouchner”, a institué l’agrément : “les professionnels de santé, les établissements de santé ou la personne concernée peuvent déposer des données de santé à caractère personnel, recueillies ou produites à l’occasion des activités de prévention, de diagnostic ou de soins, auprès de personnes physiques ou morales agréées à cet effet”. Cela afin de garantir que les hébergeurs respectent plusieurs exigences comme le recueil du consentement du patient, l’authentification forte, le cryptage des flux ou encore la traçabilité des accès. 

“Notre ambition était de fournir un produit qui corresponde aux attentes de nos clients, quelque soit le secteur. Celui de la santé représente une part significative du PIB, nous ne pouvions donc pas ignorer ses besoins”, explique Emmanuel Meyrieux. 

Les premiers agréments ont été accordés en 2009, la soci&ea

Il vous reste 1946 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Hébergement des données de santé : que révèle l’analyse des entreprises certifiées ?