Parcours de soins  >  Start-up à la loupe  >  Comment Visiomed mise sur le numérique pour se redresser

Comment Visiomed mise sur le numérique pour se redresser



Côté en Bourse, présent dans 20 pays, disposant de filiales aux États-Unis et au Brésil, Visiomed s’est tourné vers le numérique en santé en 2014. Après une année noire, 2019 ayant été marquée par de lourdes pertes et un changement de gouvernance, il vise aujourd’hui la rentabilité et a décidé de se concentrer sur la santé connectée. mind Health passe au crible son parcours.

La genèse 

Si c’est peu dire que l’année 2019 fut chaotique pour Visiomed, ses premières années furent synonymes de succès. Fondée en 2007 par Éric Sebban, la société a bâti sa notoriété sur son premier thermomètre électronique médical à infrarouge sans contact, commercialisé sous la marque Thermoflash. En 2009, poussé par la pandémie de H1N1, le produit est déployé dans le monde entier. En 2010, le groupe indiquait détenir 70 % des parts de marché sur le segment des thermomètres sans contact en France. En juin 2011, il entre en Bourse sur NYSE ALTERNEXT à Paris dans le cadre d’une augmentation de capital de 5 millions d’euros. Sa capitalisation boursière s’élève alors à 21 M€.

C’est en 2014 que le groupe prend le virage du numérique, avec la commercialisation d’une gamme de dispositifs médicaux et objets de santé connectés sous la marque BewellConnect. Patrick Schiltz, nommé P-DG de Visiomed en juin 2019, explique que, “l’Internet ayant envahi nos quotidiens dans de nombreux domaines, le passage des dispositifs médicaux électroniques aux dispositifs connectés, permettant également de renforcer la relation médecin/patient grâce à la transmission automatique des données, a paru évident, et toujours dans la lignée du même objectif recherché par le groupe : l’innovation au service de la santé”.

Les fondateurs, les dirigeants

Le P-DG et fondateur de Visiomed a annoncé en mai 2018 sa décision de ne pas briguer de nouveau mandat. L’assemblée générale des actionnaires qui a suivi, le 29 mai, a validé la nomination d’Olivier Hua à sa succession. Investisseur dans Visiomed à partir de 2009 avant d'entrer au conseil d'administration en 2012, Olivier Hua était directeur général délégué depuis 2015 et avait présenté sa candidature à la présidence du groupe. Il dirigeait par ailleur

Il vous reste 2786 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment Visiomed mise sur le numérique pour se redresser