Services de santé  >  Dossiers  >  L’intelligence artificielle se fait une place en imagerie médicale

L’intelligence artificielle se fait une place en imagerie médicale



Sociétés françaises et internationales actives dans le secteur de l’imagerie médicale ont choisi d’embarquer l’intelligence artificielle. Que ce soit en oncologie ou en traumatologie, les technologies de l’IA apparaissent dans les portefeuilles de produits en développement. mind Health dresse un panorama d’acteurs prônant l’IA en imagerie et rencontrés lors des Journées francophones de la radiologie (édition 2019).  

Les entreprises positionnées sur le secteur de l’imagerie sont nombreuses à adopter l’intelligence artificielle. Agnès Malgouyres, responsable marketing intelligence artificielle chez Siemens Healthineers, précise que dans le groupe allemand l’IA est une technologie utilisée depuis longtemps : “les premiers brevets IA remontent à 1996. Aujourd’hui, l’IA est intégrée dans 40 de nos applications et nous estimons que 240 000 personnes utilisent toutes les heures nos systèmes dans le monde”. 

Vers une démocratisation de l’IA en imagerie

Exploiter l’IA en imagerie peut répondre à différents besoins. Réduire les doses d’irradiation en fait partie. “Nos algorithmes ne sont pas réservés au traitement d’images, continue Agnès Malgouyres. Nous employons aussi l’IA pour bien positionner le patient dans le scanner : une caméra à infrarouge récupère le gabarit du patient et l’IA exploite cette donnée pour nous aider à positionner le patient au centre du tunnel et en hauteur. Cela permet de réduire 20 % e la dose d’irradiation”. Le fabricant chinois Neusoft mise également sur une IA pour réduire les doses de son système qu’il espère installer prochainement en France : “Nous sommes en train de passer par toutes les démarches françaises nécessaires pour pouvoir installer une machine, déclare Xavier Gourgues, directeur marketing recherche et clinique chez Neusoft Medical Europe. Notre IA permet de produire une image à la résolution spatiale augmentée et au bruit très fortement diminué, tout en conservant une imagerie naturelle non festonnée. La finalité de notre IA est de travailler à très basses doses de rayons X et à faibles doses de produit de contraste”. Il revendique déjà 6 000

Il vous reste 2603 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
L’intelligence artificielle se fait une place en imagerie médicale