Pharma et DM  >  Dossiers  >  Comment les industriels dimensionnent leur stratégie d’open innovation

Comment les industriels dimensionnent leur stratégie d’open innovation



Incubateurs, accélérateurs de start-up, lab d’innovation, programmes d’accompagnement… les dispositifs pour collaborer avec les jeunes sociétés innovantes se développent dans de nombreux secteurs. La santé et plus particulièrement le numérique dans la santé n’échappe pas à cette tendance. Alors que les dispositifs portés par des acteurs publics ou les consortium public/privés se multiplient, les industriels créent également des dispositifs en propre. AstraZeneca, Boehringer Ingelheim, Orange Healthcare, Pfizer, Roche Pharma et Sanofi détaillent pour mind Health les stratégies adoptées.

Développer une offre en interne, poser les premiers jalons de futures collaborations, dimensionner son offre destinée aux start-up, acculturer les équipes en interne au digital et à l’agilité de ces jeunes entreprises ou encore participer à l’écosystème de l’innovation sur le numérique en santé, les objectifs affichés sont divers. Laboratoires pharmaceutiques et fournisseurs de technologies optent pour différents modèles pour accompagner leur stratégie d’innovation et les initiatives se multiplient ces dernières années.

En 2016, Ipsen a lancé son Net Patient Accelerator. Remplacé depuis par Spinleap, structure pour s’ouvrir à la “disruption” de la santé. En 2017, la filiale française d’AstraZeneca a débuté son programme d’accompagnement de neuf start-up, nommé ReAliZe. Fin 2017, de son côté Sanofi France a inauguré son lab d’innovation 39Bis, rejoint par d’autres depuis début 2019. La tendance s’est poursuivie en 2018 et ses derniers mois, avec notamment la mise en place du Pfizer Healthcare Hub France entre fin 2018 et début 2019, l’

Il vous reste 2222 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment les industriels dimensionnent leur stratégie d’open innovation