Pharma et DM  >  Dossiers  >  Essais cliniques : améliorer le recrutement des patients avec les outils numériques

Essais cliniques : améliorer le recrutement des patients avec les outils numériques



Alors que le recrutement peut se compter en année, les promoteurs d’études cliniques travaillent aujourd’hui pour réduire ses délais grâce aux outils numériques. Sites internet et applications mobiles pour sensibiliser et rassurer les patients sur la recherche clinique, bases de données pour identifier plus vite et mieux les patients, gestion du consentement sont quelques-unes des pistes qui commencent à être déployées. mind Health fait le point sur ces différentes possibilités.

Estimé entre 1 et 3 milliards de dollars selon les études, le coût de R&D pour la mise sur le marché d’un médicament comporte de nombreux éléments, dont la mise en place des différentes phases d’essais cliniques. Et pour ces étapes, les patients restent encore au coeur du processus. Leur recrutement s’avère alors un point clé. L’étude du Leem (Les Entreprises du médicament) sur l’attractivité de la France pour la recherche clinique internationale, présentée début 2017, faisait état d’une “vitesse moyenne de recrutement par étude” de “2,6 patients par centre et par mois en 2016, loin devant le Royaume-Uni (0,9), l’Espagne (1,5), l’Europe de l’est (1,5), l’Allemagne (1,4), l’Italie (1,4) et les États-Unis (0,8)”. La France se place cependant derrière l’Amérique latine (2,9) et l’Asie (2,8). Et en fonction de la phase d’essais cliniques et du nombre de patients nécessaires pour le mener mais aussi de la pathologie concernée et des critères d’inclusion, le recrutement peut être plus ou moins rapide. “C’est très variable. Le recrutement va de quelques semaines à plus d’un an”, confie Noa Berkovich, chef du pôle Systèmes cliniques au sein du d&eacut

Il vous reste 1782 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Essais cliniques : améliorer le recrutement des patients avec les outils numériques