Services de santé  >  Etudes de cas  >  Comment l’Institut du cancer de Montpellier sécurise l’administration des chimiothérapies

Comment l’Institut du cancer de Montpellier sécurise l’administration des chimiothérapies



Pour réduire les risques d’erreurs médicamenteuses dans l’administration des chimiothérapies, l'Institut du cancer de Montpellier a travaillé avec B. Braun et Computer Engineering à une solution numérique de sécurisation. Après deux ans de développement, le système est en place depuis l’été 2018. mind Health se penche sur le déroulement du projet et les premiers résultats.

Afin d’éviter les erreurs médicamenteuses, l’Institut régional du cancer de Montpellier (ICM) s’appuie depuis quelques mois sur des outils numériques pour la sécurisation du circuit du médicament, de sa prescription à son administration. “En France, les étapes de prescription et de préparation du médicament sont déjà strictement encadrées, grâce notamment à l’informatisation et à la robotisation”, rappelle l’établissement hospitalier. Restait l’administration. Or, une enquête de la Haute Autorité de santé datant de 2009 sur la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en établissement de santé indiquait qu’“un événement

Il vous reste 987 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Comment l’Institut du cancer de Montpellier sécurise l’administration des chimiothérapies