Financeurs et acteurs publics  >  Dossiers  >  Les six points de vigilance pour contractualiser autour de l’intelligence artificielle

Les six points de vigilance pour contractualiser autour de l’intelligence artificielle



Codéveloppement de produits s’appuyant sur de l’intelligence artificielle, utilisation de données des établissements de soins pour exercer les algorithmes… les contrats se multiplient entre start-up et grands groupes pharmaceutiques ou du secteur assurantiel, mais aussi entre éditeurs et hôpitaux ou centres de soins. Les avocats des cabinets DGFLA, BCTG et Desmarais reviennent pour mind Health sur les six grands enjeux liés à la propriété intellectuelle, à la responsabilité et à l’application du RGPD.

Accords entre Pfizer et Atomwise autour de la découverte de médicament, entre Babylon Health et l’assureur Prudential pour intégrer sa solution de diagnostic dans des applications mobiles, entre BioSerenity et des laboratoires pharmaceutiques pour le codéveloppement de dispositifs médicaux... mais aussi participation de start-up à des projets avec les établissements hospitaliers et des centres de recherche pour développer des algorithmes de prédiction de la réponse aux traitements… Si aujourd’hui, de plus en plus de projets en santé se revendiquent utilisateur d’intelligence artificielle, les différentes formes de cette technologie apportent de nouvelles questions dans la mise en place de contrats. Ces accords de partenariats, de prises de participation au capital de start-up, de co-développement de produits, etc. amènent des interrogations sur la répartition de la propriété intellectuelle, de la responsabilité et le partage technologique autour de projets où l’intelligence artificielle intervient.

1. Brevet, droits d’auteurs... les modes de protection choisis

La première

Il vous reste 1980 mots à lire.
Vous avez déjà un compte ? Identifiez-vous
Les six points de vigilance pour contractualiser autour de l’intelligence artificielle